Journal de bord Brest Imprimer
Mercredi, 11 Juillet 2012 09:38

Dimanche 22 juillet

Douarnenez - Brest

Météo : Beau temps, soleil, pas de nuage, et pas de vent, puis dans l’après-midi, 1 à 2 bft de Nord Ouest.


Aujourd’hui, retour vers Brest pour les coquilliers ; après 9h00, le Saint Guénolé, la Bergère de Domremy puis le François Monique quittent le port de Rosmeur de Douarnenez.

 Faute de vent, deux équipiers de la Bergère, non motorisée, jouent de l’aviron. Devant la digue du port, le François Monique passe une haussière pour prendre sa petite sœur en remorque.

A moyenne allure, le convoi se dirige vers la Cap de la Chèvre qui est atteint vers 11h, puis prend la direction des Tas de Poix. En avance sur le tableau de marche pour bénéficier du courant entrant dans le goulet de Brest, nous ralentissons l’allure pour lancer une partie de pêche entre les deux équipages. Après deux heures de petite allure, nous arrivons aux Tas de Poix, égalité entre les deux sloups, cinq maquereaux à chaque bord.

 Peu avant les Tas de Poix, un très léger vent de face se lève. Nous en profitons pour hisser la grande voile, le flèche et la trinquette espérant après leur franchissement évolué à la voile.

 Le passage entre les rochers offre un super spectacle. Le François Monique, suivi de la Bergère à une vingtaine de mètres, tous deux sous voiles, ne passent pas inaperçus, les quelques bateaux autour de nous n’hésitent pas à immortaliser l’instant.

 Inclinant la route vers l’est, nous pouvons profiter du léger vent de nord-ouest. Nous larguons la remorque, coupons le moteur et sous voiles nous dirigeons dans le Goulet de Brest. Nous avançons autant par la force du courant que grâce au vent.

 Face à la pointe des Espagnols, nous coupons, en oblique, le courant le plus fort et nous nous dirigeons sur la partie nord du chenal. Nous pouvons alors nous mettre vent arrière, voile en ciseau, grande voile à bâbord, trinquette à tribord.

 ers 16h30 nous pénétrons dans l’avant-port de Brest, une fois les voiles affalées, nous nous dirigeons vers la darse N° 1 pour y retrouver la Bergère de Domremy qui a repris sa place habituelle.

 Une fois à quai, pont clair, les dix maquereaux sont transformés en rillettes, rillettes auxquels les équipages des deux coquilliers font honneur lors d’un apéro bien mérité.

 Après plusieurs nuits au cœur de la fête, la nuit à venir s’annonce comme très calme, demain lundi, un nouveau périple s’annonce pour le retour, avec une première étape à destination de l’Aber Wrac’h.


Depuis Brest

Bruno



Vendredi 20 juillet

Douarnenez


Météo : Vent Ouest, 3 - 4 bft, soleil.


Le beau temps semble enfin arrivé ! Le soleil chatouille sur les vaguelettes de la baie.

Franche Nedelec, patron du Général Leclerc nous propose d’embarquer à son bord pour un échange de compétences.

Durant deux à trois heures, nous allons tirer des bords face à la digue de Douarnenez, faire des bords à bords avec les autres bateaux de tradition.

En fin d’après-midi, afin de vérifier un point sur le safran, l’équipage a échoué le François Monique sur la cale du port.

Depuis Douarnenez

Bruno






Jeudi 19 juillet

De Brest – Douarnenez


Météo : Vent Ouest, 3 - 4 à bft, couvert le matin, soleil l’après-midi.


Aujourd’hui, nous allons participer à la grande parade de Brest à Douarnenez, sur l’eau plus de 1.000 navires.

Vers 9h45, nous quittons Brest parmi une multitude de bateaux, de tout types, de toutes tailles, de toutes origines. La mer est couverte de voiles.

Nous longeons, bout au vent, la côte nord du Goulet  jusqu’au Petit Minou, le spectacle est grandiose. Vers le sud-ouest, le ciel se dégage et la météo semble prometteuse.

A l’approche des Tas de Pois, tous les navires se resserrent pour franchir les passes, moment d’exception pour tous, les roches sont à portée de mains.

L’Abeille Bourbon fait son spectacle, ses trois lances en fonctionnement envoyant l’eau de mer à plus de 120 mètres et arrosant ceux passant de trop près sous son vent.

Après les Tas de Pois, la flotte s’élargit en direction du Cap de la Chèvre pour entrer dans la baie de Douarnenez, traversée par vent arrière.

A l’arrivée à Douarnenez vers 16h en compagnie de la Bergère de Domrémy et du St Guénolé, le François Monique propose au public massé sur la digue un balai de virements, croisements, remontées au prêt….

L’entrée dans le port de pêche de Rosmeur, comble de bateaux de tradition est une conclusion en beauté de la journée, chacun trouvant une place sur l’un des coffres proposés par l’organisation.

Les quais sont noirs de monde, l’ambiance restera chaude jusqu’à 1 heure du matin.

Depuis Douarnenez

Bruno






Mercredi 18 juillet


De Brest – Le Fret - Brest


Météo : Vent Sud - Ouest, 4 à 5 à bft, couvert - crachin.


Mercredi 18 juillet retour aux sources sur les lieux de construction du François Monique.

Départ vers 10h de Brest, grande voile et trinquette hissées devant la digue La Pérouse. Au franchissement de la passe Ouest, moment intense lorsque le grand trimaran Sultanat d’Oman se glisse entre nous et le quatre mâts mexicain Cuhantemoc en passant à vive allure à cinq mètres de notre tribord.

Traversée de la rade sous un temps couvert, en direction du Fret au prêt, le long de l’île longue en 3 heures.

Après une mise au coffre du coquillier face à la plage où se situait le chantier Tertu qui l’a vu naître en 1935, l’équipage retrouve l’équipe à terre pour un sympathique déjeuner dans une crêperie du Fret.

Vers 16h, retour en direction de Brest. 

Sitôt les voiles hissées, le François Monique, vent arrière, file à 8 – 9 nds. L’ambiance est irréelle ; l’horizon bouché par un crachin, nous ne voyons plus le pourtour de la rade, nous devinons tout juste l’île longue. Nous suivons la direction des grosses navettes qui relient l’îles Longue à Brest.

Après une rapide traversée de 1h10, nous arrivons vers 17h10 à Brest.

Avec un peu de retard, depuis Plougastel

Bruno






Dimanche 15 juillet


De Brest à Rostiviec

Météo : Vent Ouest, 3 à 4 à bft, soleil.


Dimanche 15 juillet, grande journée pour le François Monique, le retour à Rostiviec est le terme d’un grand voyage entamé dramatiquement dans la nuit du 12 au 13 février 1970. Après 42 années, il va faire escale sur la grève du port de Rostiviec.

Départ de Brest vers 9h30, traversée de la rade sous grande voile, trinquette, et flèche, puis remontée vent arrière, voiles en ciseaux.

A 11h30, deux passes devant le môle du Tinduff, puis arrivée en vue de Rostiviec vers 12h.

Dans l’attente de la marée montante, nous amarrons le bateau sur un coffre à l’entrée du port, puis, dès que le niveau de l’eau est suffisant nous l’amenons à proximité du quai pour permettre l’accès plus aisé.

Très grand moment d’émotion lorsque les anciens s’approchent avec une barque pour soit le toucher, soit monter à bord. Ayant connu le François Monique, navigué ou travaillé à bord, certains ne peuvent retenir une larme après plus de 40 années.

L’accueil à terre par la Mairie de Loperhet, la population, les estivants, les fanfares, a été très chaleureux, la soirée en l’honneur du retour parfaitement réussie.

Au nom du François Monique, merci à tous.

Lundi 16 juillet, pas de journal de bord.  L'équipage se repose et a simplement ramené le coquillier à Brest, par un vent d’ouest de 5 à 6 bft.

Depuis Plougastel

Bruno






Samedi 14 juillet


Etape : Sorties au départ de Brest

Météo : Vent Ouest, 3 à 4 à bft, soleil.


Samedi 14 juillet, jour de la fête nationale, deux sorties de trois heures, l’une le matin, l’autre l’après-midi sous voiles.

L’ensemble de l’équipage réuni, a pu enfin vraiment profiter d’excellentes conditions de navigations.

Grande voile et trinquette hissées face au château, flèche au passage de la passe ouest. Navigation en aller-retour direction de Roscanvel. Nous devons être vigilant, car sur l’eau des bateaux de tous genres naviguent dans tous les sens, il convient d’être bien respectueux des règles de priorités.

Parmi tous les bateaux, les coquilliers que nous croisons, St Guénolé, Général Leclerc, Bergère de Domremy sont vite repérés par leurs silhouettes caractéristiques et leurs gréements auriques fortement toilé.

De retour sur les pontons, quelque soit l’heure, une foule impressionnante déambule sur les quais, il est difficile de circuler.

Depuis Plougastel

Bruno






Vendredi 13 juillet


Tinduff à Brest

Météo : Vent Ouest, 3 à 4 à bft, soleil entre coupé d’averses.


 Le jeudi, Jean Louis, Claude et moi, nous avons retrouvé le François Monique au Tinduff. Sur les conseils de Franche Nedelec, patron du Général Leclerc, dans l’après-midi, nous avons ramené le coquillier du corps mort où nous l’avions laissé pour le mettre à l’abri d’un coup de vent annoncé pour la nuit, en l’amarrant directement sur le môle de la digue.

 Programme du vendredi : entrée enfin dans le port de Brest. Au cours du trajet, bénéficiant des conseils et de l’aide d’Antoine, patron du St Guénolé, nous avons mis en place un corps mort devant le Caro pour éventuellement y amarrer, durant la semaine, le François Monique.

 Après avoir quitté le Tinduff, vent de face, nous avons contourné l’ile Ronde face à la point de l’Armorique, au passage fait les travaux au Caro (le palan de travail du bateau est très utile pour manier et mettre à l’eau une grosse ancre), puis piqué sur l’entrée ouest du port de Brest.

Sur l’eau, beaucoup de bateaux anciens, de toutes tailles, de la coque de noix aux grands quatre mâts.

Dans le port de Brest, impossible de compter les unités présentes, une forêt de mâts barre le ciel. Nous trouvons une place, en triple où en quatrième position dans la darse n°1.

Pour la soirée et la parade du soir, la météo n’a pas été très coopérative, plus que des averses tropicales, durant une heure nous avons reçu une véritable mousson, à rendre désert tous les quais.

 Avec un peu de retard, depuis Plougastel

Bruno




Mise à jour le Lundi, 23 Juillet 2012 08:08